Nasdaq coiffe Euronext au poteau

Dans les toutes premières minutes de cotation, Euronext fait face à l’une des plus fortes diminutions de l’indice SBF 120. Pour quelle raison ? C’est assez simple, le Nasdaq a surenchéri sur son offre de rachat faites à la Bourse d’Oslo, dépassant ainsi celle proposée par Euronext.

Il a annoncé ce mercredi qu’il allait proposer une offre de rachat sur l’ensemble d’Oslo Bors. Une offre se positionnant sur un montant supérieur de 5% à celle venant d’Euronext. Le petit plus pour Nasdaq : le soutien unanime du conseil d’administration d’Oslo Bors.

Plus précisément, Nasdaq annonce que le conseil d’administration et l’équipe de direction d’Oslo Bors conseille, à l’unanimité, aux propriétaires de ses actions de ne pas accepter venant d’Euronext. La raison ? L’offre de Nasdaq valorise Oslo Bors à plus de 6,5 milliards de couronnes (approximativement 673 millions d’euros ou encore 770 millions de dollars) alors qu’Euronext avait officiellementfait une offre à hauteur de 625 millions d’euros sur Oslo Bors, dans la journée du 14 janvier dernier.

L’offre du Nasdaq porte ains la valorisation de la Bourse d’Oslo à 770 millions de dollars. Pourtant, on retient qu’Oslo Bors avait assuré à la mi-janvier avoir reçu d’autres preuves d’intérêts sur sa capitalisation, sans pour autant donner davantage de précisions. Par ailleurs, les deux plus importants propriétaires des actions d’Oslo Børs, DNB et KLP, ont tous deux accepté d’intégrer leurs actions dans cette opération globale

Au total, le Nasdaq a reçu des pré-acceptations irrévocables qui porte leur manoeuvre à environ 11% du nécessaire recevable auprès de la Bourse d’Oslo. On peut donc préciser que action devrait être relutive, plus précisément au niveau du bénéfice par action, en excluant les composants originaux. Et ceci pour les prochains 12 mois en fonction de la finalisation qui sera donnée à cette vaste transaction.