L’essor des affaires en France a été plus fort que prévu en juillet, grâce au rebond des services : PMI

L’activité des entreprises françaises a rebondi bien plus que prévu en juillet, alors que la reprise post-lockdown dans le secteur des services est passée à la vitesse supérieure, selon une enquête publiée vendredi.

Le compilateur de données IHS Markit a déclaré que son indice préliminaire des directeurs d’achat a fait un bond à 57,6 contre 51,7 en juin, atteignant son plus haut niveau depuis janvier 2018.

Cela a facilement dépassé la prévision moyenne des économistes de 53,5 dans un sondage Reuters et a éloigné l’indice du niveau de 50 points divisant une expansion d’une contraction.

L’activité des entreprises françaises se redresse plus vite que prévu depuis que le pays a commencé à sortir d’un blocage dû à un coronavirus, le 11 mai dernier.

À la mi-mars, le gouvernement a imposé à la France l’un des blocages les plus stricts d’Europe, fermant de vastes pans de la deuxième économie de la zone euro et plongeant le pays dans sa pire récession depuis que les données modernes ont commencé à être recueillies en 1948.

Les entreprises des secteurs des services et de l’industrie manufacturière ont augmenté leur production en juillet, les retards accumulés face à une demande refoulée non satisfaite pendant le verrouillage.

Dans le secteur dominant des services, l’indice PMI est passé de 50,7 à 57,8, battant les attentes d’une lecture de seulement 52,3, car le flux de nouvelles affaires a repris sa croissance pour la première fois depuis février, avant l’épidémie.

Dans le secteur manufacturier, l’indice PMI est retombé à 52,0 contre 52,3 en juin, ce qui a confondu les attentes d’une hausse à 53,2. Alors que la production était la plus élevée depuis le début de 2018, les nouvelles commandes ont légèrement diminué.

Alors que l’économie française se redresse plus rapidement que prévu, le ministre des finances Bruno Le Maire a déclaré jeudi que les données économiques étaient encore trop fragiles pour réviser sa prévision d’une contraction économique de 11 % cette année.