Le CAC 40 a peu changé après les sanctions contre la Chine

Les actions françaises ont renoncé à leurs gains initiaux pour se stabiliser lundi, les investisseurs ayant pesé sur la hausse des tensions entre les États-Unis et la Chine et sur les signes d’amélioration de l’activité industrielle chinoise.

Une vue constante sur la Chine et les États-Unis

Les investisseurs ont suivi de près les relations sino-américaines, craignant que leur accord commercial ne soit compromis.

Au milieu des tensions croissantes entre Washington et Pékin, le ministre américain de la santé, Alex Azar, a proposé au président Donald Trump de soutenir fermement la démocratisation de Taïwan.

La Chine a déclaré qu’elle imposerait des sanctions à 11 citoyens américains en réponse à des mesures similaires prises par Washington à l’encontre de responsables chinois et de Hong Kong.

Une situation également compliqué au niveau de certaines acquisitions

Le constructeur de trains de vitesse Alstom a perdu 1,7 % de ses parts. L’entreprise, qui est en train de racheter Bombardier Transportation, a déclaré qu’elle restait convaincue de la forte justification stratégique de l’acquisition.

La société a également déclaré qu’elle est confiante dans sa capacité à rétablir à moyen terme la rentabilité et les performances commerciales de l’entreprise.

Total SA a progressé d’un demi pour cent, suivant la hausse des prix du pétrole après que Saudi Aramco ait déclaré que la demande continuerait à s’améliorer.