Amundi acquiert Lyxor

Amundi SA a accepté d’acheter Lyxor, la branche de gestion de fonds de la Société Générale SA, dans le cadre d’une transaction en espèces de 825 millions d’euros (980 millions de dollars) qui en ferait le deuxième plus grand fournisseur de produits négociés en bourse en Europe.

Une continuité dans le développement d’Amundi

La société basée à Paris est entrée en négociations exclusives avec le prêteur et s’attend à ce que l’opération soit conclue d’ici février de l’année prochaine, selon un communiqué publié mercredi. Bloomberg a rapporté précédemment qu’Amundi était le principal soumissionnaire pour Lyxor.

Pour le directeur général Yves Perrier, qui doit quitter ses fonctions en mai, cette acquisition est l’aboutissement de plus d’une décennie à la tête de l’entreprise, au cours de laquelle il a utilisé les transactions pour faire d’Amundi le plus grand gestionnaire d’actifs d’Europe. Lyxor est l’un des plus grands fournisseurs européens de fonds négociés en bourse et ajouterait environ 124 milliards d’euros sous gestion, donnant à Amundi environ 14 % du marché européen des ETF, juste derrière BlackRock Inc. basé à New York.

« L’acquisition de Lyxor va accélérer le développement d’Amundi », a déclaré Perrier dans le communiqué. « Elle va renforcer notre expertise, notamment dans la gestion des ETF et des actifs alternatifs, et nous permet d’accueillir des équipes de personnes très reconnues. » Amundi prenait 2,6% à 9h01 dans les échanges à Paris, portant ses gains cette année à 8%. SocGen a progressé de 0,2%.

A propos d’Amundi

Amundi, dont l’actionnaire majoritaire est le prêteur français Crédit Agricole SA, avait environ 1 700 milliards d’euros sous gestion à la fin décembre. La société est née de la fusion des activités de gestion de fonds de SocGen et du Crédit Agricole. SocGen a ensuite vendu sa participation et propose désormais des produits d’investissement via une série de partenariats avec des gestionnaires d’actifs externes.

Pour le PDG de Société Générale, Frédéric Oudea, qui s’efforce de consolider les réserves de capital de la banque et d’accroître sa rentabilité, la transaction renforce sa capacité à restituer du capital aux actionnaires. La banque a déclaré que l’opération se traduira par une plus-value, nette d’impôts, d’environ 430 millions d’euros. Elle s’est engagée à reprendre les versements, même après sa pire année depuis des décennies.